D’après nature

Photographie suisse au XIXe siècle
05.11.2022 – 29.01.2023
Acheter ce billet

Après avoir été proclamée invention française en 1839 à Paris, la photographie a rapidement conquis l’Europe entière. Si la course aux innovations techniques émanait des centres culturels, les lourds appareils photographiques ne tardèrent pas à faire leur apparition dans les villages et à la campagne, dans des vallées reculées et à la montagne. En Suisse, le tourisme émergent joua un rôle important dans le nouveau marché de la photographie. Outre l’intérêt pour les paysages spectaculaires, ce furent aussi la demande croissante de portraits, les débuts de l’industrialisation et les grands projets techniques qui contribuèrent à l’essor de ce médium.

La première vue d’ensemble de la photographie suisse au XIXe siècle met en lumière les réalisations exceptionnelles des pionniers ainsi que les particularités sociétales, comme par exemple l’utilisation précoce de la photographie de recherche. De plus, l’exposition examine les interactions entre les techniques visuelles existant simultanément, en incluant la peinture et la gravure. Grâce à des recherches dans d’innombrables archives et collections dans toutes les régions du pays, du matériel photographique jusqu’alors peu connu a été découvert. La sélection présentée ici tient compte non seulement de la qualité esthétique, mais aussi des manières concrètes d’utilisation de la photographie. Près de 60 prêteurs publics et privés ont fourni des œuvres de leurs collections pour permettre une vue d’ensemble des cinquante premières années de la photographie en Suisse. De nombreux originaux éparpillés ont été rassemblés pour la première fois, ce qui permet de mieux cerner les protagonistes individuels et les sujets importants.

L’exposition est divisée en sept chapitres. Les deux premiers traitent de l’émergence d’un médium entièrement nouveau : comment la photographie a-t-elle pu s’imposer face aux techniques visuelles conventionnelles ? À quelle époque les images étaient-elles fixées sur des plaques de cuivre enduites d’argent, quand et où les impressions étaient-elles réalisées sur papier ? Les cinq autres chapitres sont consacrés à l’influence du tourisme, à l’importance de la photographie de portrait, aux aspects commerciaux, aux approches artistiques et à la représentation du progrès. De nombreuses pièces exposées sont des objets extrêmement fragiles qui, pour des raisons de conservation, ne peuvent être exposés que sous une faible lumière.

Une coproduction de la Fotostiftung Schweiz, du Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI), Lugano, et de Photo Elysée, Lausanne.

Partenaires

La publication de l'exposition bénéficie du soutien du Cercle de Photo Elysée et du Club de Photo Elysée.