Une programmation estivale engagée

Introduction par Nathalie Herschdorfer

"La nouvelle saison d'expositions de Photo Elysée met à l’honneur une nouvelle génération d’artistes femmes à l’œuvre engagée, figures montantes de la scène contemporaine internationale. Chacune d’entre elles scrute les médias et convoquent les images pour interroger les stéréotypes de notre #société patriarcale.

Aujourd’hui, la #photographie circule sur différents supports, du papier à l’écran. Nous avons souhaité mettre la page imprimée au cœur de notre programmation. Photo Elysée abrite une collection de près de 25’000 livres de photographie. Encore fermée au public, notre bibliothèque se dévoile cet été dans une exposition inédite. Le public est invité à voyager dans les livres grâce à une installation numérique et interactive mise au point par l’EPFL+ECAL Lab.

Nous exposons notre collection de livres alors que nombre d’artistes témoignent d’un intérêt vif pour la page imprimée. Cet intérêt s’exprime dans des œuvres construites à partir de photographies trouvées et découpées dans des livres, des magazines et d'autres imprimés. C’est le cas de l’artiste espagnole Laia Abril qui déploie à l’invitation de Photo Elysée sa dernière recherche consacrée à l’hystérie de masse – nouveau chapitre de sa vaste Histoire de la misogynie. C’est le cas également de l’Américaine Carmen Winant, qui complète notre bibliothèque par une sélection de livres féministes. Comme Laia Abril, elle construit son œuvre en décortiquant et rassemblant des images trouvées qu’elle dispose ensuite intuitivement. Dans la série exposée ici, elle superpose des images d’accouchements aux pages du New York Times. Chez Winant, les images et les mots s'entrechoquent sans ordre, ni narration, ni séquence linéaire.

Photo Elysée dévoile dans cette programmation féministe et engagée le travail de la photographe américaine Debi Cornwall, lauréate du Prix Elysée 2023, l’un des prix de photographie les plus prestigieux au monde, initié en 2014 avec notre partenaire Parmigiani Fleurier. Dans cette série, encore en cours de réalisation, l’artiste décrypte la société de l’image à l’ère des fake news et interroge la place de la photographie dans la frontière floue entre vérité et fiction. Chez Debi Cornwall, le médium photographique devient un outil d’analyse #politique.

Enfin, Photo Elysée a invité la photographe lausannoise Jagoda Wisniewska à travailler en étroite collaboration avec la performeuse chilienne Tamara Alegre, elle-même invitée par le centre d’art scénique Arsenic. Cette exposition est à découvrir dans le Signal L, un espace soutenu par la Fondation Leenaards où les musées de Plateforme 10 convient tour à tour des artistes de la région en s’associant à des institutions culturelles locales. Si le travail de Jagoda Wisniewska s'articule autour de la sensualité du corps, il n’en est pas moins là aussi un corps politique."

Nathalie Herschdorfer, directrice de Photo Elysée

Autres actualités

Bravo aux nominé·e·s du Prix Elysée 2025 !

Photo Elysée et Parmigiani Fleurier sont heureux d’annoncer les nominé·e·s  du Prix Elysée 2025. Félicitations à Hannah Darabi, Roger Eberhard, Rahim Fortune, Camille Gharbi, Samuel Gratacap, Seif Kousmate, Felipe Romero…

Publié le 28.05.2024

Luc Chessex. Un portrait

"Mais au fond j'ai un métier de communication, la photographie, et j'ai des idéaux politiques. Pourquoi pas les faire matcher les uns avec les autres ?" - Luc Chessex Le…

Publié le 03.05.2024